Narda STS développe un analyseur à distance en temps réel performant basé sur le SignalShark

(PresseBox) ( Pfullingen, Allemagne, )
Narda Safety Test Solutions vient de lancer sur le marché une version télécommandé basée sur son SignalShark, de qualité équivalente et assortie d’un rapport prix/performance attrayant. Le nouvel analyseur à distance en temps réel détecte et analyse, classifie et localise des signaux HF dans la gamme de fréquences entre 8 kHz et 8 GHz avec une précision et une sécurité maximales. Il a été modifié et optimisé pour des utilisations universelles dédiées à la surveillance efficace et centralisée de sites éparpillés sur une vaste zone. Le module assume des tâches d’analyse et de mesure exigeantes grâce à sa performance HF élevée (c.-à-d., avec une sensibilité extrême et sans surmodulation) de façon conforme à la norme IUT, fiable et rapide.

Spécifications techniques

Au sein de sa bande passante en temps réel de 40 MHz, le module à distance SignalShark est en mesure de détecter même des signaux à impulsion très courte d’une durée à partir de 3,125 µs avec une probabilité d’interception (POI, de l’anglais Probability of Intercept) de 100 %, donc sans interruption. L’instrument peut transmettre un impressionnant flux de données I/Q de 20MHz avec une résolution entière de 16 bits compatible à la norme « VITA 49 ». Par ailleurs, en « Mode Spectre », le taux de balayage de jusqu’à 50 GHz/s garantit même dans de larges bandes de fréquences une détection exceptionnelle rapide des signaux. Ceux-ci peuvent alors être analysés avec une résolution temps et fréquence extrêmement élevée grâce à ses excellentes fonctions d’analyse (spectre en temps réel, spectrogramme et persistance). En ce qui concerne ses spécifications techniques de première qualité, le Nouveau venu n’est pas en reste face à l’appareil portable performant qui a servi de parrain à son développement.

L’équipement

Le noyau de mesure de l’unité à distance SignalShark est identique à celui de l’appareil portable. Il dispose d’un ordinateur intégré « Windows 10 » et de quatre entrées HF commutables. Celles-ci permettent par exemple de connecter plusieurs antennes directionnelles ou différentes antennes couvrant des gammes de fréquences spécifiques. Un « commutateur » pour permuter entre les différentes antennes tel qu’il est requis pour les analyseurs de spectres habituels dotés d’une seule entrée HF est donc superflu. L’ordinateur intégré sert d’unité d’évaluation qui veille à transmettre à la centrale uniquement des données traitées, c.-à-d. qualifiées, par ex. en présence d’irrégularités dans le spectre observé. L’unité peut donc déjà assumer l’ensemble des tâches de surveillance sur place. Cela demande une bande passante nettement moins large que pour une transmission permanente de tous les signaux à la centrale en vue de les évaluer ultérieurement. Car, en règle générale, dans 99,99 % des cas, tout est correct et il n’existe pas d’interférences. Cependant, le technicien peut se connecter à l’instrument à tout moment par télécommande par ex. s’il souhaite consulter le rapport des dernières 24 heures.

Radiogoniométrie et localisation automatiques

Le nouveau module à distance peut aussi être utilisé avec une antenne automatique. Il supporte la radiogoniométrie automatique et la différence de temps d’arrivée (TDoA, de l’anglais Time Difference of Arrival). Des techniques utilisées par exemple par les autorités pour la localisation étendue d’interférences dans des zones urbaines au moyen de plusieurs stations de « surveillance de spectres » contrôlées de manière centrale. Dans ce process, une antenne automatique localise la direction d’une source d’interférences alors qu’au moins deux antennes de ce type implantées dans différents points de mesure définissent la position précise par triangulation. Pour cela, on installe respectivement un module à distance SignalShark dans plusieurs endroits stratégiques, par exemple sur le toit d’un bâtiment. Dans cet emplacement, le module ne dispose ni de clavier ni d’écran mais est équipé de cellules solaires et d’une batterie tampon pour une alimentation électrique autonome. Le signal à la base du problème est finalement transmis par modem LTE à l’ordinateur à distance de l’exploitant par l’intermédiaire du réseau mobile.

Protocoles ouverts

Pour couvrir de manière optimale dans la bande toutes les fonctions de radiogoniométrie, d’analyse et de surveillance centrales en mode télémaintenance, on doit pouvoir compter sur une aptitude à la télécommande, une bonne résolution temporelle y compris le mappage du temps absolu (par ex. synchronisation via GPS) et un protocole bien compréhensible pour la transmission des données. Un des composants est le langage standard pour les instruments programmables (SCPI, de l’anglais Standard Commands for Programmable Instruments). Il permet de communiquer avec le module à distance SignalShark et simplifie le développement du pilote correspondant. Le streaming « VITA 49 » constitue un autre facteur qui signifie que la sortie est également standardisée ; en d’autres termes, la réponse est éditée sous un format compris par chaque logiciel. Sa plate-forme ouverte basée « Windows 10 » pour les applications de fournisseurs tiers souligne par ailleurs le désir du fabricant de proposer à ses clients un instrument de mesure avec un spectre d’utilisation large et pratiquement illimité pour une surveillance à distance efficace.

Applications mobiles et stationnaires

Son concept modulaire représente un autre atout en termes de pluralité. Forte d’une flexibilité maximale, l’unité à distance SignalShark peut être utilisée aisément comme composant autonome (basic). Dans ce cas, les ports USB autorisent la connexion externe du clavier et de l’écran. En même temps, le module de seulement 2,1 kg parfaitement bien protégé dans son boîtier aluminium compact s’insère comme élément simple (single) ou double côté à côte (1 HE) ou superposés (2 HE) parfaitement dans chaque système rack de 19 pouces habituel. Deux récepteurs dans un rack sont par exemple extrêmement efficaces et avantageux si la surveillance s’impose sur une bande passante plus large. De cette manière, plusieurs de ces modules nettement moins chers que les solutions avec un instrument high-end et bande passante correspondante, peuvent être mis en échelle et branchés en cascade selon les besoins. Le premier instrument se charge du domaine de 360 à 400 MHz, le deuxième du domaine de 400 à 440 MHz.

Considérés dans leur ensemble, les avantages de l’unité à distance SignalShark non seulement sa supériorité technologique comme état de la technique et son rapport performance prix attrayant, en font l’instrument de mesure idéal pour les utilisateurs soucieux d’une précision et fiabilité maximales pour toutes leurs tâches de surveillance RF à distance. L’instrument est donc idéal pour les autorités de réglementation, les services de sécurité et services de police judiciaire, l’armée, les services de renseignements, l’industrie, la technique des antennes, les opérateurs et prestataires de services dans le secteur du réseau mobile. Doté des bons gènes du SignalShark, l’appareil portable performant, – léger et très économe en consommation électrique – le nouveau module à distance se distingue pour un grand nombre d’applications mobiles et stationnaires actuelles et futures comme les processus de mesure modernes dans des véhicules, des drones, des avions ou des bateaux.
Für die oben stehenden Pressemitteilungen, das angezeigte Event bzw. das Stellenangebot sowie für das angezeigte Bild- und Tonmaterial ist allein der jeweils angegebene Herausgeber (siehe Firmeninfo bei Klick auf Bild/Meldungstitel oder Firmeninfo rechte Spalte) verantwortlich. Dieser ist in der Regel auch Urheber der Pressetexte sowie der angehängten Bild-, Ton- und Informationsmaterialien.
Die Nutzung von hier veröffentlichten Informationen zur Eigeninformation und redaktionellen Weiterverarbeitung ist in der Regel kostenfrei. Bitte klären Sie vor einer Weiterverwendung urheberrechtliche Fragen mit dem angegebenen Herausgeber. Bei Veröffentlichung senden Sie bitte ein Belegexemplar an service@pressebox.de.